Fiscal countdown n°38 : Introduction de l’initiative BEPS et des nouveautés en matière de fiscalité internationale

Le Fiscal Count Down, un résumé mensuel de l’actualité fiscale internationale, vous donne un aperçu régulier de l'introduction de l'initiative BEPS de l'OCDE et des réformes fiscales internationales en cours. Cette trente huitième édition traite des nouvelles mesures publiées au mois de juin 2019 par l’OCDE, l’Union Européenne et dans 23 pays: Afrique du Sud, Argentine, Australie, Bulgarie, Colombie, Costa Rica, Emirats Arabes Unis (EAU) Espagne, Etats-Unis, France, Gibraltar, Grèce, Hong Kong, Ile Maurice, Israël, Kenya, Lettonie, Mongolie, Nouvelle-Zélande, Pays-Bas, Pologne, Portugal et Singapour.

OCDE

L’OCDE a mené sa douzième édition du « Tax Talk » au cours de laquelle les experts du Centre pour la politique et l’administration fiscale ont examiné diverses mises à jour des travaux de l’OCDE en matière de fiscalité internationale. L'ordre du jour de la diffusion web comprenait: i) le rapport fiscal de l'OCDE à destination des ministres des finances du G20; (ii) le plan de travail pour résoudre les problèmes fiscaux posés par la numérisation de l'économie; et (iii) les prochaines étapes.

Le 10 juin 2019, la Plate-forme de collaboration en matière fiscale (PCT) - une initiative conjointe du Fonds Monétaire International (FMI), de l'OCDE, des Nations Unies (ONU) et du Groupe de la Banque mondiale (GBM) - a publié le rapport final sur l'état d'avancement de la PCT pour 2018-2019 (le rapport). Le rapport fournit des mises à jour sur le plan de travail principal de la PCT, qui comprend trois axes de travail principaux : i) la coordination des activités de renforcement des capacités ; ii) les activités d’analyse ; et (iii) des activités de sensibilisation. Le rapport explique également comment le FMI, l’OCDE, l’ONU et le GBM s’emploient à renforcer leur coopération en matière de fiscalité et les prochaines étapes. Selon le rapport, à l'avenir, la PCT prévoit de fournir des mises à jour annuelles à ses organes directeurs et aux parties prenantes intéressées. En outre, la PCT continuera à développer des boîtes à outils sur BEPS et les questions fiscales internationales connexes. Une boîte à outils est une ressource qui constitue un point de référence unique pour les pays en développement sur des questions complexes, réduisant ainsi le risque d'incohérence dans les conseils et les orientations.

La PCT publiera cette année la version finale de la boîte à outils relative aux transferts indirects opérés à l’étranger, qui avait été publiée pour la première fois en 2017. La PCT prévoit également la publication, en 2019, pour la consultation publique des boîtes à outils suivantes : i) mise en œuvre efficace et efficiente de la documentation sur les prix de transfert ; ii) négociation de conventions fiscales ; et (iii) l'évaluation des risques BEPS.

La réunion des ministres des finances et des gouverneurs des banques centrales du G20 à Fukuoka (Japon) s'est achevée par la publication d'un communiqué sur les principaux thèmes abordés lors de la réunion. Cette réunion sera suivie du sommet des dirigeants du G20 qui se tiendra au Japon à la fin du mois. Avant la réunion, l’OCDE et d’autres organismes multilatéraux ont publié plusieurs documents liés à la fiscalité pour examen par les ministres. Le plus important de ces documents est le Programme de travail pour élaborer une solution consensuelle aux défis fiscaux découlant de la numérisation de l'économie (le plan de travail), qui a été approuvé par le cadre inclusif pour BEPS et publié par l'OCDE le 31 mai. 2019. Le communiqué se félicitait des progrès accomplis pour relever les défis fiscaux de la numérisation et approuvait le plan de travail et son approche à deux piliers. Il a également indiqué que les pays du G20 avaient l'intention de redoubler d'efforts pour trouver une solution consensuelle dans un rapport final en 2020. L’OCDE a publié sur son site web le texte du troisième rapport d’avancement annuel du cadre inclusif de l’OCDE / G20 sur BEPS. Le rapport d'avancement figure également à l'annexe 2 du rapport du Secrétaire général de l'OCDE, qui a été remis aux ministres des finances du G20 réunis à Fukuoka (Japon) les 8 et 9 juin 2019. Le rapport d'avancement décrit les progrès accomplis dans la réalisation du mandat du cadre inclusif de l’OCDE / G20, couvrant la période de juillet 2018 à mai 2019. Le rapport d'avancement comprend trois parties : la première partie est consacrée aux points saillants des travaux consacrés aux défis fiscaux liés à la numérisation de l’économie ; la partie 2 décrit les progrès réalisés dans les examens par les pairs des standards minimum BEPS ; et la troisième partie décrit les autres développements clés. Le rapport d'avancement contient également deux annexes fournissant des informations sur la composition du cadre inclusif pour BEPS (annexe A) et une liste des actions BEPS avec un guide indiquant le lieu où ce travail est effectué au sein de l'OCDE (annexe B).

Selon le rapport d'avancement, les effets combinés des actions BEPS ont renforcé la cohérence, la transparence et le contenu des règles fiscales internationales, et leur mise en œuvre a produit des résultats concrets. Le rapport d'avancement indique, entre autres, que 255 régimes fiscaux préférentiels ont été examinés dans le cadre de l’Action 5, plus de 21 000 rescrits ont été échangés entre les membres du cadre inclusif et les juridictions continuent de mettre en place la déclaration pays par pays (CbCR). Selon le rapport d'avancement, près de 80 membres du cadre inclusif ont introduit dans la loi une obligation de CbCR, et environ 25 membres supplémentaires du cadre inclusif ont actuellement rédigé un projet de loi pour introduire une obligation dans un avenir proche. En outre, les premières statistiques agrégées et anonymisées préparées à partir des données collectées dans les CbCR ont maintenant été centralisées par les membres du cadre inclusif et fournies à l'OCDE pour traitement. Les statistiques sont fournies pour les CbCR relatifs aux exercices fiscaux commençant le 1er janvier 2016 au 1er juillet 2016. En outre, concernant les travaux visant à soutenir l'utilisation efficace des CbCR par les administrations fiscales, le rapport d'avancement indique que le Forum de l'OCDE sur l’administration fiscale (FTA) a lancé un certain nombre d'initiatives visant à aider les administrations fiscales à utiliser les CbCR et à en prévenir les utilisations abusives, telles que des ateliers d'évaluation des risques CbCR, un manuel sur l'utilisation efficace des CbCR dans l'évaluation des risques fiscaux, le programme ICAP (International Compliance Assurance Program), l’initiative d’évaluation comparative des risques (CoRA) et l’outil d’évaluation et d’assurance des risques fiscaux (TREAT).

Le rapport d'avancement rappelle que les examens par les pairs des standards BEPS sont un outil essentiel pour assurer la mise en œuvre effective du paquet BEPS. Les premiers résultats étaient disponibles pour l’Action 5 en 2017, pour l’Action 13 et l’Action 14 en 2018, et les premiers résultats pour l’Action 6 ont été publiés cette année. L’OCDE poursuivra le processus d’évaluation par les pairs et poursuivra son examen annuel collégial du cadre de transparence de l’Action 5, lancera le prochain examen collégial de l’Action 6 au premier semestre de 2019 et poursuivra son calendrier d’examens pour l’Action 14 et prévoit d'achever le deuxième examen annuel par des pairs de la mise en œuvre de l'Action 13 à l'été 2019 - le deuxième examen étudiera l'application du standard par près de 120 membres du cadre inclusif, par rapport à 95 juridictions lors du premier examen.

L'OCDE a publié sur son site internet le rapport d'étape 2019 de l'OCDE/FMI sur la certitude fiscale. Le rapport figure également à l'annexe 3 du rapport du Secrétaire général de l'OCDE, qui a été remis aux ministres des finances du G20 réunis à Fukuoka (Japon) les 8 et 9 juin 2019. Dans la continuité du rapport initial en 2017 et de la mise à jour en 2018, les dirigeants du G20 ont réitéré l'importance de cette question, notant qu'ils continuaient d'appuyer l'amélioration de la sécurité fiscale. Le Plan d'action de Buenos Aires a appelé l'OCDE et le Fonds monétaire international (FMI) a reporté aux ministres des finances et aux gouverneurs des banques centrales en 2019 sur les progrès réalisés en matière de sécurité fiscale. Le rapport, préparé conjointement par le FMI et l’OCDE, fournit une mise à jour des travaux sur les questions de sécurité fiscale et souligne que cela reste une question prioritaire pour les contribuables et les administrations fiscales. Selon le rapport, les débats actuels sur le programme fiscal international, et en particulier sur la manière de relever les défis fiscaux posés par la numérisation, inclus nécessairement un angle de sécurité fiscale, et le FMI et l'OCDE continueront de faire avancer les travaux sur ces points.

Le rapport identifie un ensemble d'approches pratiques et de solutions pour améliorer la sécurité fiscale et aborde également des initiatives visant à améliorer la sécurité fiscale dans les pays en développement. Le rapport indique que les travaux sur la sécurité fiscale couvrent un large éventail de questions, notamment le transfert de la résolution des différends à la prévention des différends, la nécessité d’améliorer l’intégrité, l’efficacité et la responsabilisation des administrations fiscales de veiller à ce que les règles soint aussi claires et administrables que possible, ainsi que des améliorations de la qualité du système fiscal afin de minimiser les distorsions économiques tout en garantissant prévisibilité, équité et simplicité.

L’OCDE a annoncé que les Émirats arabes unis (EAU) avaient déposé leur instrument de ratification, d’acceptation ou d’approbation de la Convention multilatérale pour l’application des mesures préventives prises dans le cadre de la convention fiscale (MLI), ce qui porte à 26 le nombre total de juridictions. Au moment du dépôt de l’instrument de ratification, les juridictions doivent confirmer leurs positions dans le MLI. En conséquence, les EAU ont confirmé leurs positions sans aucun changement. Le MLI entrera en vigueur pour les EAU le premier jour du mois suivant l’expiration d’une période de trois mois à compter de la date à laquelle les EAU auront déposé leur instrument de ratification, à savoir le 1er septembre 2019.

L’OCDE a publié des relations d’échange supplémentaires qui ont été réalisées dans le cadre de l’accord multilatéral des autorités compétentes. À l'heure actuelle, outre les relations d'échange établies dans le cadre de la directive 2016/881/UE du Conseil de l'Union européenne (UE) et les accords conclus par les autorités bilatérales compétentes pour les échanges relevant de conventions relatives à la double imposition ou d'accords d'échange de renseignements fiscaux, il existe plus de 2100 relations d'échange automatiques établies entre des juridictions pour échanger les CbCR. La liste complète des relations d’échange automatique en place et une mise à jour de la mise en œuvre du cadre juridique national relatif au CbCR dans les pays sont disponibles sur le site web de l’OCDE. Avec cette mise à jour, les îles Anguilla et Turques et Caïques ont été incluses dans la liste des pays qui ont activé les relations d’échange pour la première fois avec la déclaration précitée. Anguilla a activé 34 nouvelles relations d'échange et les îles Turques et Caïques, 49 nouvelles relations d'échange.

UNION EUROPEENNE

Le Conseil de l'Union Européenne a publié une présentation actualisée des régimes fiscaux préférentiels examinés par le groupe « Code de conduite » (COCG) (fiscalité des entreprises) depuis sa création en mars 1998. Cette présentation est divisée en trois parties : (i) les régimes préférentiels de États membres de l'UE (y compris Gibraltar pour le Royaume-Uni); ii) les territoires dépendants ou associés d'États membres de l'UE auxquels les traités de l'UE ne sont pas applicables (à la date de notification du régime); et (iii) d'autres juridictions (désormais couvertes par la liste de l'UE). Entre autres, la présentation montre les nouvelles mesures fiscales préférentielles promulguées d'ici la fin 2018 et les décisions prises pour un certain nombre de régimes (par exemple, le COCG a constaté que les régimes de propriété intellectuelle en France, en Pologne et en Lituanie ne sont pas préjudiciables). Le Comité des représentants permanents des gouvernements des États membres auprès de l'Union européenne a recommandé au Conseil ECOFIN d'entériner, le 14 juin 2019, le rapport ECOFIN au Conseil européen sur les questions fiscales (le rapport) en vue de sa transmission au Conseil européen (20-21 juin 2019).

Le rapport fournit une vue d'ensemble des progrès réalisés au Conseil pendant le mandat de la présidence roumaine, ainsi qu'un aperçu de l'état d'avancement des principaux dossiers en négociation dans le domaine de la fiscalité. Selon le rapport, la présidence roumaine a accordé une attention particulière à la taxation numérique, à la taxe sur la valeur ajoutée (TVA), aux accises et à la révision de la liste des Etats ou territoires non coopératifs de l'UE à des fins fiscales. Au cours de la présidence roumaine, le Conseil a notamment examiné la proposition de directive relative à la taxe sur les services numériques et à la taxation numérique dans le contexte international, a adopté les conclusions du Conseil sur la liste révisée des juridictions non coopératives à des fins fiscales de l'UE et a dégagé une orientation générale du package TVA dans le commerce électronique mis en œuvre. Le rapport mentionne également les travaux de la présidence roumaine dans le cadre de l'initiative relative à l'assiette commune (consolidée) de l'impôt sur les sociétés. Entre autres, la présidence roumaine a lancé un débat sur la manière de traiter le chevauchement entre la directive anti-évasion fiscale (ATAD) et la base commune d'imposition des sociétés (CCTB) en ce qui concerne les règles anti abus. En outre, la présidence roumaine a facilité les discussions sur les implications techniques qu'une éventuelle extension du champ d'application de la CCTB à toutes les sociétés aurait sur la proposition de la CCTB dans son ensemble. En particulier, la présidence a suggéré d'explorer des exonérations des règles de la CCTB pour certains secteurs spécifiques tels que la marine marchande, les mines ou la sylviculture et/ou des règles spécifiques pour les petites et moyennes entreprises.

Le Conseil de l'Union européenne a publié un rapport du groupe « Code de conduite » qui englobe les travaux du groupe du premier semestre 2019 sous la présidence roumaine du Conseil. Le rapport est divisé en cinq parties : (i) contexte ; ii) aspects généraux ; (iii) processus d'examen de gel et de démantèlement ; (iv) les notes d'orientation du COCG ; et (v) la liste européenne des Etats et territoires non coopératifs à des fins fiscales. Le rapport comprend également quatre annexes: (i) la conformité des États membres de l'UE avec le Guide COCG sur le gel et le démantèlement (2000) (annexe 1); (ii) analyse des anciennes directives de l'UE sur les prix de transfert publiées à la lumière des rapports BEPS de l'OCDE sur les Actions 8 à 10 (annexe 2); (iii) graphique sur le statut de la liste de l'UE des Etats et territoires non coopératifs (annexe 3); et (iv) orientations techniques sur les exigences de substance pour les organismes de placement collectif (Annexe 4). Le rapport mentionne entre autres qu'en 2016, le Conseil « a invité la Commission européenne à examiner la nécessité de réviser les anciennes directives de l'UE sur les prix de transfert à la lumière des rapports BEPS de l'OCDE sur l'alignement des résultats des prix de transfert sur la création de valeur (Actions 8 à 10) ». et d’aviser le COCG selon le cas. Selon le rapport, le COCG a conclu que le décalage entre les anciennes directives de l'UE sur les prix de transfert et les rapports BEPS de l'OCDE sur les Actions 8 à 10 avait un impact limité et qu'il n'était donc pas nécessaire de réviser les rapports respectifs du forum conjoint sur les prix de transfert pré-BEPS. En l'absence de contradictions, les problèmes pratiques éventuels liés à ces sujets devraient plutôt être résolus en interprétant ces rapports conformément aux principes directeurs de l'OCDE en matière de prix de transfert (TPG) 2017, le cas échéant. Par exemple, lorsqu'il s'agit d'une analyse fonctionnelle de la prise en charge du risque et de l'attribution de celui-ci, il serait nécessaire que les États membres s'appuient sur les instructions relatives à la rémunération des fonctions DEMPE dans le cadre du groupe de travail sur l'action post-BEPS OCDE.

En ce qui concerne la liste des Etats ou territoires non coopératifs de l'UE, le rapport indique que le COCG a décidé de recommander au Conseil des affaires économiques et financières (ECOFIN) du 14 juin 2019 de retirer de la liste la Dominique selon le critère 1.1. En outre, le rapport rappelle que le Conseil ECOFIN a décidé en 2018 d'étendre le champ d'application géographique de la liste précitée à l'Argentine, au Mexique et à la Russie en 2019, ainsi qu'aux pays suivants : Azerbaïdjan, Guyane, Kazakhstan, Koweït, Liban, Moldavie, Nouvelle-Zélande et Ukraine en 2020. En outre, lors de la prochaine présidence (Finlande), les discussions sur de nouvelles mesures de défense coordonnées contre les juridictions non coopératives dans le domaine fiscal vont reprendre. En outre, l’évaluation de la liste des Etats ou territoires non coopératifs s’effectue selon les critères convenus relatifs à la transparence fiscale (critère 1), à une fiscalité équitable (critère 2) et à la mise en œuvre des mesures BEPS de l’OCDE (critère 3). Concernant le critère 2.2 (« Existence de régimes fiscaux facilitant la mise en place de structures étrangères générant des bénéfices sans activité économique réelle »), le rapport indique que le COCG a chargé son président d’engager un dialogue avec le programme d’action de l’OCDE sur un éventuel alignement de sa nouvelle norme sur la non-discrimination ou uniquement les juridictions fiscales nominatives (approuvées par le cadre inclusif à la fin de 2018) et le critère 2.2 de l'UE en vue de l'établissement d'une norme mondiale unique dans ce domaine. Le COCG a également accepté d’envoyer une lettre à toutes les juridictions ayant promulgué suffisamment de législation sur le critère 2.2 leur demandant de communiquer au COCG toute nouvelle législation ou directive qu’elles pourraient adopter à l’avenir concernant les exigences de substance et les aspects de transparence connexes.

En outre, le rapport rappelle que le Conseil avait reconnu que des travaux supplémentaires étaient nécessaires pour définir les exigences de substance économique acceptables pour les organismes de placement collectif (OPC) au titre du critère 2.2 et invitait le COCG à fournir des orientations techniques complémentaires aux juridictions concernées d'ici à la mi-2019. L’annexe 4 du rapport fournit lesdites directives techniques sur les exigences spécifiques en matière de substance économique pour les OPC, qui complètent mais sont également distinctes des exigences applicables qui s’appliquent aux activités de gestion de fonds. Plus précisément, les directives détaillent les quatre piliers sur lesquels le COCG a accepté d’examiner la législation OPC dans les juridictions concernées (Bahamas, Bermudes, Iles Vierges britanniques et Iles Caïman): (i) cadre législatif et administratif de l’autorisation des OPC et/ou inscription; (ii) cadre législatif et administratif pour la supervision des OPC et l’application des règles; (iii) le cadre législatif et administratif concernant l'évaluation, la comptabilité et l'audit des OPC et (iv) les règles du dépositaire.

AFRIQUE DU SUD

L'Afrique du Sud publie la liste initiale des amendements proposés à la législation sur l'impôt sur les sociétés, en mettant l'accent sur les mesures anti-abus.

L’administration fiscale sud-africaine se concentre sur les déductions de créances irrécouvrables lors de contrôles fiscaux.

ARGENTINE

L'Argentine adopte un système de taxes promotionnelles pour l'économie fondée sur le savoir.

L'Argentine publie des réglementations fiscales relatives au financement de projets immobiliers et d'infrastructures.

Le GR 4502 abroge plusieurs régimes de déclaration de renseignements, dont celui établi par le titre II du GR 3572. En conséquence, l'obligation de déposer le formulaire de prix de transfert mensuel (formulaire F 968) pour les transactions effectuées sur le marché intérieur avec une partie liée, tel que défini par le GR 3572, ne s'applique plus à compter de juillet 2019. Le registre des parties liées créé par le titre I du GR 3572 reste en vigueur, y compris l'obligation de déclarer tout changement dans un délai de 10 jours ouvrables, à compter du moment où les changements se produisent.

AUSTRALIE

L’administration fiscale australienne (ATO) et l’administration fiscale néo-zélandaise (IRD) ont publié une approche administrative en vertu de laquelle ils déterminent conjointement que lorsqu'une une entreprise éligible à la double résidence détermine de manière raisonnable que son siège de direction effective est situé en Australie ou en Nouvelle-Zélande, l'entreprise sera réputée être un résident de cette juridiction aux fins d'un traité. Cette concession administrative est applicable pour les entreprises qui répondent aux critères d'éligibilité disponibles sur le site web de l'ATO. Cette approche administrative ne sera mise en œuvre qu'entre l'Australie et la Nouvelle-Zélande à ce stade.

BULGARIE

Les droits d'accise ont été modifiés et la loi sur les entrepôts fiscaux est entrée en vigueur.

COLOMBIE

L’administration fiscale colombienne a publié le règlement administratif no. 34 de 2019, qui fournit notamment la procédure, le contenu et les spécifications techniques pour la déclaration prix de transfert correspondant à l'année d'imposition 2018. Le règlement administratif prévoit également la procédure de dépôt de la notification CbCR pour la déclaration de l'exercice 2019. Par conséquent, si une entité constitutive est tenue de déposer le formulaire 120 (un formulaire spécifique de prix de transfert), la notification CbCR sera incluse dans ce formulaire. Sinon, une entité constitutive devra télécharger un formulaire spécifique sur le site web de l'administration fiscale et l'envoyer par courrier électronique à l'adresse preciostransferencia@dian.gov.co avec le sujet « Notificación - Informe País por País ». La date d'échéance de la notification est entre le 9 et le 22 juillet 2019. La date limite de notification est déterminée sur la base du dernier chiffre du numéro d'identification du contribuable. L’administration fiscale colombienne a publié le règlement administratif no. 33 de 2019 qui prévoit la procédure de dépôt du fichier principal et du fichier local en Colombie pour l'année d'imposition 2018. Le règlement administratif, entre autres, (i) fournit les informations à inclure dans le fichier principal et le fichier local ; (ii) comprend les formulaires officiels devant être utilisés pour le dépôt (formulaire 1729 V-7 pour le fichier local et le formulaire 5231 V-2 pour le fichier principal) et les spécifications techniques ; et iii) introduit un instrument de signature électronique (Instrumento de Firma Electrónica, IFE) pour le dépôt du fichier principal et du fichier local.

COSTA RICA

Le Costa Rica annonce des propositions de modifications du règlement général sur la législation douanière.

EMIRATS ARABES UNIS

Les Émirats Arabes Unis ont adopté la décision du Cabinet n ° 31 du 30 avril 2019 concernant la définition des exigences de substance économique. Les sociétés ayant des activités en banque, assurance, fond d’investissement, holding, financement, distribution et centre de services, siège et propriété intellectuelle devraient examiner l’effet des nouvelles règles pour s’assurer qu’elles répondent aux exigences de la substance. Tout manquement peut entraîner des pénalités et des amendes, un échange spontané d'informations et éventuellement la radiation de l'enregistrement. Les règles sont entrées en vigueur le 30 avril 2019.  

ESPAGNE

Le gouvernement espagnol a publié un projet de loi et un projet d’orientations concernant la mise en œuvre de la directive de l'Union Européenne (UE) concernant la communication obligatoire des transactions transfrontalières (appelée DAC6 ou la directive). Dans le cadre de la DAC6, les contribuables et les intermédiaires sont tenus de déclarer les opérations de planification fiscale mises en place par les contribuables à compter du 1er juillet 2020. Toutefois, les rapports couvriront de manière rétrospective les accords pour lesquels la première étape est mise en œuvre du 25 juin 2018 au 1er juillet 2020.

ETATS-UNIS

L’administration fiscale américaine (IRS) a mis à jour son site web, qui comprend une liste à jour des juridictions avec lesquelles l'autorité compétente des États-Unis a conclu un accord pour l'échange automatique (CAA) de déclarations pays par pays et les juridictions en cours de négociations pour cet accord. Dans cette mise à jour, l'IRS a inclus la date à partir de laquelle l’accord avec l'Inde sera opérationnel (c'est-à-dire le 29 avril 2019). En outre, le 13 juin 2019, l'IRS a ajouté Chypre à la liste des pays avec lesquels les États-Unis négocient actuellement en vue de la création d'une CAA pour l'échange automatique de déclarations pays par pays. L'IRS est en train de négocier ces accords avec quatre autres pays et devrait mettre à jour cette base de données à mesure que d'autres accords seront conclus. Le département du trésor américain a publié le règlement final en vertu de l’article 956 (TD 9859) du Code fiscal américain (le règlement final). Conformément au projet de règlement publié le 5 novembre 2018 (le projet de règlement), le règlement final réduit généralement le montant prévu à l'article 956 pour l’actionnaire américain à l'égard d'une société étrangère contrôlée (CFC) par la déduction prévue à l'article 245A qui serait autorisée si l'actionnaire américain avait reçu un dividende de la CFC. Dans de nombreux cas, cela aboutira à la taxation des actionnaires américains investissant dans des actifs américains dans des CFC exclues de la section 956. Le règlement final s'applique aux CFC dont l’année d’imposition commence le 22 juillet 2019 ou après cette date. Conformément au projet de règlement, les contribuables peuvent toutefois appliquer le règlement final aux années d'imposition commençant après le 31 décembre 2017, à condition que le contribuable et ses ressortissants américains appliquent le règlement final à tous leurs CFC.  

Les réglementations américaines finales proposées pour GILTI et pour la sous-partie du règlement final incluent des dispositions favorables et défavorables pour les contribuables.

FRANCE

Le Sénat français a adopté avec des amendements le projet de loi introduisant une taxe sur les services numériques et la trajectoire de réduction de l'impôt sur les sociétés. Le projet de loi avait été adopté par l'Assemblée nationale le 9 avril 2019. Les amendements adoptés par le Sénat concernaient notamment la taxe sur les services numériques et introduisaient des différences substantielles par rapport à la version précédemment adoptée par l'Assemblée nationale. Cet avant-projet de loi, tel que modifié par le Sénat, a été examiné par une commission mixte le 26 juin 2019 avant d'être renvoyé à l'Assemblée nationale, qui pourrait réexaminer en profondeur tous les amendements proposés par le Sénat.

GIBRALTAR

Gibraltar annonce le budget pour 2019.

GRÈCE

La Grèce élargit ses avantages à la création de centres de services partagés en Grèce.

ILE MAURICE

L’Ile Maurice modifie les lois fiscales afin d’exonérer certaines transactions immobilières de l’impôt sur le revenu.

ISRAËL

Le nouveau régime israélien d'innovation est encadré.

KENYA

Le Kenya présente l'état budgétaire 2019/20.

LETTONIE-HONG-KONG

Hong-Kong et la Lettonie ont signé un accord pour l'échange automatique de déclarations pays par pays. Selon l’accord, chaque autorité compétente échangera annuellement et automatiquement les déclarations pays par pays reçues de chaque entité déclarante résidant à Hong-Kong ou en Lettonie, à condition que, sur la base des informations fournies dans la déclaration pays par pays, une ou plusieurs entités constitutives du groupe d'entreprises multinationales de l'entité déclarante sont résidentes dans le pays de l'autre autorité compétente ou sont assujetties à l'impôt à l'égard de l'activité exercée par l'intermédiaire d'un établissement stable situé dans le territoire de l'autre autorité compétente. Les déclarations pays par pays doivent être échangées au plus tard 15 mois après le dernier jour de l’exercice fiscal du groupe d’entreprises multinationales auquel la déclaration pays par pays se rapporte.

MONGOLIE

En mars 2019, le Parlement mongol a approuvé un ensemble complet de réformes fiscales. Les nouvelles règles fiscales entrent en vigueur le 1er janvier 2020 et exigent du Cabinet, du ministère des Finances et de l'Administration fiscale mongole (MTA) qu'ils publient un certain nombre de lignes directrices. Le paquet fiscal introduit, entre autres, les mesures suivantes: (i) une règle générale anti-abus (RGAÉ) offrant à l’autorité fiscale un mécanisme permettant de refuser les avantages fiscaux d’opérations ou d’arrangements considérés comme n’ayant pas de substance commerciale ou d’objectif autre que de générer un avantage fiscal; (ii) une règle de 30% de l’EBITDA (bénéfice avant intérêts, impôts et amortissements) limitant le montant des intérêts entre parties liées qui est déductible; (iii) une annotation des principes OCDE de 2017 dans la législation fiscale nationale et l'introduction de sanctions administratives sévères pour non-respect des obligations en matière de documentation des prix de transfert; et (iv) l’approche de documentation de prix de transfert à trois niveaux de BEPS Action 13 consistant en un fichier local, un fichier principal et une déclaration pays par pays (CbCR). En ce qui concerne le CbCR, toutes les entités constituantes résidentes mongoles qui sont des sociétés mères ultimes d'un groupe d'entreprises multinationales dont le chiffre d'affaires annuel consolidé du groupe est égal ou supérieur à 1 700 milliards de MNT, soit environ un montant de 630 millions USD doit préparer un CbCR pour les exercices ouverts à compter du 1er janvier 2020. Sauf désignation d'une entité mère de substitution, toute autre entité du groupe résidant en Mongolie devra établir et soumettre le CbCR si l'entité mère de substitution n'est pas résidente en Mongolie et si l'une des conditions suivantes est remplie: (i) elle n'est pas obligée de déposer un CbCR dans son pays de résidence; ii) il n'existe pas d'instrument d'échange d'informations suffisant et éligible entre la Mongolie et cette juridiction ou (iii) la juridiction a été informée d'un défaut systématique d'échange des informations.

Le CbCR doit être soumis dans les 12 mois suivant le dernier jour de l'exercice. L’absence de dépôt de CbCR engendre une pénalité de 4% égale à la valeur de transaction entre parties liées. En outre, une entité constitutive mongole devra notifier aux autorités fiscales s’il s'agit de la société mère ultime (UPE) ou de la société mère de substitution (SPE) avant le 10 février suivant la fin de l'exercice fiscal. S'il ne s'agit ni d'une UPE ni d'une SPE, elle devra informer les autorités fiscales de l'identité de l'UPE ou de la SPE, ainsi que de son lieu de résidence fiscale, au plus tard le 10 février suivant la fin de l'année fiscale considérée.

En outre, chaque entité constitutive mongole doit tenir un fichier principal pour les transactions effectuées à partir du 1er janvier 2020 si ses recettes dépassent 6 milliards de MNT pour l'année fiscale précédente ou pour les sociétés à capitaux étrangers, quelle que soit leur taille. Un fichier local doit être préparé et mis à jour par chaque contribuable mongol pour les transactions effectuées à partir du 1er janvier 2020 pour les sociétés ou groupes dont le chiffre d'affaires annuel est supérieur à 6 milliards de MNT pour l'année d'imposition précédente ou pour les sociétés avec participation étrangère, quelle que soit leur taille. Le fichier principal et le fichier local devraient être mis à la disposition des autorités fiscales avant le 10 février suivant la fin de l'année. Si le fichier principal et le fichier local ne sont pas soumis, une pénalité de 3% de la valeur de transaction respective entre parties liées est déclenchée.

NOUVELLE-ZÉLANDE

Le gouvernement néo-zélandais a publié un document de discussion « Options pour taxer l'économie numérique » sur la conception d’une taxation sur les services numériques (DST). Le document de discussion insiste sur l'engagement de veiller à ce que chacun paye sa juste part d'impôt, y compris les multinationales dans les activités numériques. Pour y parvenir, il faudra modifier les règles fiscales en vigueur de deux manières : (i) La première option consisterait à appliquer une taxation sur les services numériques séparée à certaines transactions numériques. Une DST imposerait 2% à 3% du chiffre d’affaires brut de certaines activités hautement numérisées imputables au pays ; ou (ii) L’autre option consisterait à modifier le cadre fiscal international actuel. Les pays ont discuté de différentes manières d'atteindre cet objectif à l'OCDE.

Tout en préférant une approche multilatérale convenue sur le plan international dans le cadre des travaux en cours à l’OCDE, le gouvernement envisagera « sérieusement » une DST unilatérale au taux forfaitaire de 2% à 3% si les progrès réalisés par l’OCDE sont insuffisants pendant le reste de l’année 2019. Le document de discussion indique également que le gouvernement entend supprimer toute DST quand la solution internationale de l'OCDE sera mise en œuvre.

La taxe sur les biens et services néo-zélandaise sur les importations de faible valeur s'appliquera à compter du 1er décembre 2019.

PAYS-BAS

Le secrétaire d'Etat des finances néerlandais partage le point de vue de la CJUE sur l'impact des affaires judiciaires concernant les dispositions anti-abus en matière de retenue à la source sur les dividendes et d'impôt sur les sociétés aux Pays-Bas.

POLOGNE

Le 30 mai 2019, des communiqués du gouvernement polonais en date du 19 avril 2019 concernant l’applicabilité du MLI aux conventions fiscales conclues avec la Finlande et l’Irlande ont été publiées au Journal officiel de la Pologne.

Les communiqués incluent les réserves et les notifications faites par la Finlande et l'Irlande concernant l'application des articles du MLI aux conventions fiscales respectives conclues avec la Pologne.

Le ministère des finances de la Pologne publie un projet d’orientation sur la réforme de la retenue à la source en Pologne.

La Pologne reporte la date d'entrée en vigueur du nouveau régime SAF-T jusqu'en 2020.

PORTUGAL

Le Portugal publie un projet de loi sur les règles de divulgation obligatoire.

SINGAPOUR

L’administration fiscale singapourienne (IRAS) introduit quatre niveaux de participation dont les entités de commercialisation / négociation de produits de base peuvent entreprendre. Ceux-ci incluent un fournisseur de services, un agent, un distributeur et un entrepreneur supportant tous les risques. Le Guide de la taxe électronique examine les différents niveaux d'activités en précisant les fonctions clés à chaque niveau de participation qui devrait être assumé. En outre, le Guide de la taxe électronique traite des actifs spécialisés nécessaires pour optimiser la production, planifier les ressources, réduire les besoins en stockage et maximiser les profits tout au long de la chaîne de valeur des produits de base, y compris le mode de compensation de ces actifs. Le Guide de la taxe électronique souligne également les risques découlant des activités de commercialisation et d'échange des produits de base et présente des exemples de moyens possibles de contrôler ou d'atténuer ces risques.

Le Guide de la taxe électronique examine chaque méthode de prix de transfert en relation avec les quatre niveaux généraux de participation aux marchés de commercialisation des produits de base et fournit des exemples spécifiques pour savoir quand une méthode donnée devrait être appliquée. Les directives de prix de transfert 2018 de Singapour décrivent les exigences en matière de documentation de prix de transfert pour les contribuables de Singapour. Le Guide de la taxe électronique ajoute aux exigences existantes en énumérant des informations spécifiques que les entités de marketing / négociation de produits de base doivent inclure dans leur documentation prix de transfert. Les contribuables ayant des activités de commercialisation de produits de base à Singapour devraient évaluer leur contribution à la chaîne de valeur élargie de la multinationale des produits de base. Une analyse approfondie des fonctions exercées, des actifs utilisés et des risques assumés dans chaque transaction avec une personne liée doit être réalisée. Les contribuables devraient vérifier et examiner le caractère approprié de la méthode de traitement des transactions qu’ils utilisent à la lumière des méthodes proposées dans le Guide de la taxe électronique du IRAS.

Singapour et la Corée signent une convention fiscale révisée.

MAZARS ET MAZARS SOCIÉTÉ D’AVOCATS:

DES PARTENAIRES DE CHOIX POUR VOUS ACCOMPAGNER SUR VOS PROBLÉMATIQUES LIÉES À L’INTRODUCTION DU BEPS ET A LA FISCALITÉ INTERNATIONALE.

Face aux évolutions majeures et rapides des législations fiscales, impliquées par l’introduction du BEPS dans le monde, Mazars et Mazars société d’avocats ont conçu une offre dédiée aux entreprises ayant une activité à l’international.

Notre équipe, composée d’avocats, de fiscalistes et de consultants, vous accompagne sur l’ensemble de vos questions de fiscalité internationale, notamment liées à l’introduction du CbCR et des nouvelles documentations prix de transfert ainsi que sur les problématiques associées à vos implantations à l’étranger.

Nous nous engageons sur des solutions pragmatiques, efficaces et sur-mesure pour vous permettre d’assurer une prise en compte rapide de ces nouvelles mesures, en conformité avec les exigences des différentes administrations fiscales impliquées.

Plus d’infos ?