Avril 2017 - Escroqueries : soyons vigilants face à de nouvelles techniques !

De nombreuses entreprises ont été récemment victimes d’un nouveau type de tentative d’escroquerie, quels que soient leur taille et leur secteur d’activité.

Quelle est la nature de l’escroquerie ?

 Après la bien connue « fraude au Président » qui consiste à demander à un membre du personnel d’effectuer un virement en urgence pour obéir à un ordre d’un supérieur hiérarchique (voire en se faisant passer pour ce dernier ou encore pour un responsable informatique réalisant des tests à distance), une nouvelle technique d’escroquerie aux faux ordres de virement se développe : elle consiste à usurper l’identité d’un agent de l’administration fiscale afin de diriger les versements d’impôts et taxes vers un autre compte / « changement de RIB ».

Comment la reconnaître ?

 Les fraudeurs entrent d’abord en contact avec la société cible, en se faisant passer pour un membre de l’administration fiscale, notamment pour obtenir diverses informations/documents (e.g., détail des exportations dans la déclaration de chiffre d’affaires CA3, contrats, etc.), puis communiquent les coordonnées d’un nouveau compte bancaire (i.e., vers lequel il est demandé d’effectuer désormais les paiements).

 Le contact peut être réalisé par téléphone ou courriel notamment par l’utilisation d’une messagerie électronique dont le nom de domaine est proche de celui utilisé par l’administration fiscale (e.g., prenom.nom@dgfip-gouv.fr au lieu de prenom.nom@dgfip.finances.gouv.fr) et plus rarement par courrier.

 Les demandes comportent parfois des incohérences, des fautes d’orthographe ou de syntaxe.

Comment s’en prémunir ?

 En l’absence de courriers officiels, toute sollicitation au nom de l’administration fiscale (inhabituelle tant sur la forme que sur le fond) doit accroître la vigilance des services comptables et financiers principalement visés ; il est notamment recommandé :

  • de ne répondre à aucune demande d’informations sans avoir préalablement contacté l’interlocuteur usuel auprès du service des impôts dont ils dépendent ;
  • de ne pas céder à la pression de l’interlocuteur quant à l’existence d’une urgence et d’en avertir la hiérarchie dès l’existence d’un doute quelconque ;
  • plus généralement, de porter une attention particulière à tout changement de coordonnées des interlocuteurs au sein de l’administration fiscale et de vérifier celles-ci dans un annuaire officiel ;
  • d’accentuer la vigilance en période de congés ;
  • de relayer régulièrement les mises en garde sur ce type d’escroquerie.

  

Vous souhaitez recevoir nos Tax Alerts ?

ABONNEZ-VOUS

Documents à télécharger

Partager